La loi d'urgence pour l'avenir des jeunes de notre pays


Changer d’avenir, c’est d’abord croire en notre jeunesse et lui donner les moyens de réussir, de s’épanouir et de participer à la construction d’une société meilleure. Les algorithmes de Parcoursup, l’argent ou les déterminismes sociaux ne doivent pas décider de leur vie !

Ce que j'avais déjà annoncé pour nos jeunes

Les jeunes sont les plus touchés par la pauvreté et sont pourtant exclus des minima sociaux. Nous créerons un « minimum jeunesse » qui sera ouvert à tous les jeunes de plus de 18 ans, sous condition de ressources, comme c’est le cas dans 23 des 27 pays de l’Union européenne. Ce droit sera assorti d’un accompagnement garanti vers l’emploi, la qualification et l’autonomie.

Pour soutenir les jeunes dans leurs projets professionnels et personnels, l’État leur versera une donation publique de 5 000€ à leurs 18 ans.

Nous supprimerons Parcoursup, cet algorithme qui gère la pénurie des places dans l’enseignement supérieur. 

Nous construirons à la place une orientation dès la classe de 4ème, fondée sur un accompagnement personnalisé et sur le tutorat, notamment entre chaque génération de collégiens, lycéens et étudiants. 

Nous augmenterons les places dans l’enseignement supérieur et nous généraliserons les cursus en alternance qui permettent de rémunérer les jeunes et d’adapter leur emploi du temps

Face à l’inflation, face à la crise sanitaire, nous voulons encore renforcer l’arsenal de mesures pour les jeunes. Nous ne pouvons pas leur faire peser le coût des crises que nous traversons. 

 

Ma loi d'urgence pour l'avenir des jeunes

Elle repose sur 4 mesures : 

  • La gratuité des transports du quotidien pour les moins de 26 ans. 
  • Suppression des droits d’inscription dans toutes les universités et pour toutes les formations initiales qui sont encore payantes, dès la rentrée 2022. 
  • Des repas au CROUS à 1€ le midi et le soir. 
  • Augmentation de 10% des bourses et les allocations logement (APL).

  

  


Le financement de ces nouvelles mesures pour les jeunes

 

Les nouvelles mesures de cette loi représenteront 3 milliards d’euros net de dépenses. Elles seront financées par une taxation juste. 

  • Nous élargirons l’assiette de calcul de l’ISF, que nous aurons rétabli. 
  • Nous créerons un impôt sur les « super profits » des multinationales.

Les grandes entreprises font des profits record, alors même que nous vivons des crises qui dégradent les conditions de vie de nombreux Français et notamment des jeunes. Pour qu’ils soient justement redistribués, nous taxerons les surprofits réalisés grâce à la crise sanitaire et à la hausse des prix de l’énergie.

  • Nous reverrons tous les dispositifs d’optimisation fiscale, pour récupérer tous les manques à gagner qui en résultent pour l’Etat et qui s’apparentent en réalité à de la fraude fiscale.